Un effet négatif de la violence dans la pub sur la population française

Quelles conséquences ont les images et les propos sur la psyché du grand public et notamment des populations présentées comme plus « fragiles » ?

 

 L’enquête réalisée en 2005 par IPSOS et le BVP auprès de la population française avait pour objectif de connaître et de comprendre sa perceptions et ses  attentes dans le domaine de la publicité, et plus spécifiquement en ce qui concerne les incivilités et la violence.

 

               Les résultats de l’étude montrent d’abord que quoi qu’on en pense, nos concitoyens avouent majoritairement aujourd’hui être « souvent » choqués par ce qu’ils voient ou entendent au sein de certains des plus grands vecteurs médiatiques actuels. Toutefois, la publicité n’apparaît pas (ou plus) comme l’un des supports qui les choque le plus souvent. Mais les résultats de l’enquête montrent aussi que nos concitoyens restent extrêmement attentifs à ce que la publicité peut et ne peut pas montrer ou dire. Plus spécifiquement, il apparaît aujourd’hui clairement que leur sensibilité est telle que, pour la majorité, les comportements inciviques ou violents ne peuvent être « utilisés » par la publicité qu’en respectant impérativement certaines règlementations dans leur présentation.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site